LE RECIT ET LE DISCOURS




LE RECIT
« Madame Grandet  leva les yeux au ciel, pour toute réponse, Nanon mit sa coiffe et sortit.
Eugénie donna du linge, elle alla chercher quelques-unes des grappes qu’elle
S’était amusée à étendre sur les cordes dans le grenier ; elle marcha légèrement  le long du
Corridor pour ne point éveiller son cousin, et ne put s’empêcher d’écouter à sa porte la respiration qui s’échappait en temps égaux de ses lèvres – le malheur veille pendant qu’il dort, se dit-elle. Elle prit les plus vertes feuilles de la vigne, arrangea son raisin aussi coquettement que l’aurait pu dresser un vieux chef d’office, et
l’apporta  triomphalement sur la table … »

                                                          Balzac, Eugénie Grandet ? Ed. Gallimard, 1972

LE DISCOURS
« Et puisque nous sommes en train de nous dire nos vérités, franchement, je vous
Avouerai, cher maître que la pointe d’imagination sadique m’a un peu blessé.  Toutes vos paroles sont graves, Or un tel mot de vous, lorsqu’il est imprimé, devient presque une flétrissure. Oubliez-vous que je me suis assis sur les blancs de la correctionnelle comme prévenu d’outrage aux mœurs, et que les imbéciles et les méchants se font des armes de tout ? Ne soyez donc pas étonné si un de ces jours vous lisez dans quelque petit journal diffamateur (…) »

                                                      Lettre de Flaubert à Sainte-beuve, décembre 1862

                                         CARACTERISTIQUES SPÉCIFIQUES DU RECIT ET DU DISCOURS





Remarque :
1-     On peut parfois trouver le récit à l’intérieur du discours, et ce lorsque l’auteur illustre son propos par une anecdote. Il cherche ainsi à justifier plus  concrètement ce que le discours lui le discours lui permet de démonter théoriquement.
2-      On peut aussi trouver le discours à l’intérieur du récit. Cela permet au narrateur d’apporter des précisions  extérieures au récit, pour mieux au ci (faire des remarques, des réflexions, des commentaires …)





              Voir aussi